Promenades dans Lavercantière :


6. Haut du bourg - activités économiques

Au 1, rue de l’aubépine se trouve l’ancienne maison DELRIEU. Jusqu’en 1986, c’était une auberge très appréciée qui faisait aussi office de bar, épicerie et bureau de tabac.

Au 3, rue de l’Aubépine se trouvait jusque dans les années 1950, le café COURSE qui faisait épicerie et débit de tabac. Madame Liarsou héritière de cette maison tint la cabine téléphonique jusque vers 1972.

Devant l’ancien café Course se trouvait une forge. Le forgeron utilisait le travail à ferrer les bœufs qui se trouve de l’autre côté de la rue.

A côté de ce travail, on remarque encore les vestiges de l’échoppe d’un coiffeur.

La rue de l’aubépine se termine sur la place du Four.

Ce four en question n’était vraisemblablement pas un four à pain.

En effet, lors des travaux d’enfouissement des réseaux dans ce secteur du bourg, des excavations ont mis à jour de grandes quantités de scories prouvant l’existence d’un grand four à fer.

La tradition orale (Robert BOUAT) dit également qu’à cet endroit « Raout », se trouvait une énorme pierre plate et qu’elle y serait encore. Ce pourrait être la pierre sur laquelle la coulée de fer était faite.

Enfin la rue qui passe au-dessus de ce four s’appelle la rue du terrail. Ce nom semble bien être la déformation du mot « terril » employé en matière de mine. Aux abords du four à fer, des transferts de pierres (minerai rouge), de charbon, de bois et de terre étaient permanents d’où la présence de tas de matériaux qui ont amené à adopter le terme « terrail ».

Téléchargez cette page en PDF

Promenade précédente ... 5. La maison de la mémoire

Prochaine promenade ... 7. Maisons communales