Lavercantière


Aller au contenu

Titre

[L'histoire] [Localisation] [Territoire ] [Principaux batiments]

Territoire de la commune de Lavercantière


Le territoire couvre une superficie totale 1500 ha se répartissant en : 500 ha de SAU (terres et prés)
1.000 ha (bois, landes, SNCF,routes…)

Se décomposant en trois territoires géologiques :

  • A l’est de la voie ferrée : Terrains argilo-siliceux du FRAU (dépôts fluviaux de l’oligocène). Le paysage est composé de landes d’ajoncs, de bruyères et de fougères. Ce secteur a été en grande partie reboisé dans les dernières décennies avec des pins et diverses espèces de feuillus.
    Il est classé en ZNIEFF (zone naturelle d’intérêt écologique floristique et faunistique) et labellisé espace naturel sensible. Son territoire s’étend sur une superficie de 600 hectares environ. Une partie est laissé à l’Office National des Forêts qui a créé un verger à graines de conifères.
    La commune possède un sentier d’interprétation implanté dans cette forêt communale. C’est dans cette région du Frau que l’on trouve les dernières « loges » ou cabanes à couvertures végétales connues en Bouriane. Un exemplaire de cette dernière a été reconstruite à l’identique par les habitants de la commune. Elle se situe au départ du sentier d’interprétation.
  • Entre la voie ferrée et la départementale n°6 : Terrains de Bouriane (sols de décomposition des grès du crétacé supérieur). Il s’agit de sols profonds, riches, sablonneux, propices à l’agriculture, riches en minerai de fer. Ces sols sont de couleur rouge. On y trouve des pierres rouges (rufes), dont quelques éléments ont été utilisés pour la réalisation des murs des bâtiments du village, mélangés aux pierres calcaires blanches.
  • A l’ouest de la départementale n° 6 : Causse calcaire. Terrains argileux et pierreux, peu profonds. Affleurements rocheux, pelouse sèches, murets de pierres sèches entourant des petits espaces cultivés et bois de chênes, constituent le paysage dominant de ce secteur.
  • Le point le plus haut de la commune se situe à l’est, dans le Frau, au lieu-dit Pech Suquet, l’altitude est alors de 357 mètres. Le plus bas est de l’ordre de 200 mètres se trouve au Sud et à l’ouest le long de la vallée de l’Ourajou. L’altitude moyenne est d l’ordre de 300 mètres.
  • Le réseau hydrologique comprend principalement les ruisseaux de Pont-Barrat et de Malemort qui forment l’Ourajou. Ce dernier rejoint le Céou aux environs de Léobard.

[L'histoire] [Localisation] [Territoire ] [Principaux batiments]


© 2005-2017 - Lavercantiere.com crée par Pascal Hyde .Sitemap - Plan du site Belgo Webdesign & Hosting

Retourner au contenu | Retourner au menu